Les constructeurs automobiles ne veulent pas entendre parler d’économie circulaire

vendredi 6 septembre 2019
Vue aérienne d'un réseau d'autoroutes @denys-nevozhai

En ville, la voiture est de loin la plus grosse source de pollution. Tous les jours nous en sommes victimes, et pourtant tous les jours certains continu a utiliser des gros 4×4 de plusieurs tonnes pour déplacer un humain de 80 kg.

Or, dans une période où nous aurions plutôt intérêt à utiliser des petites voitures moins énergivore et surtout moins consommatrice de matière première (metal, plastique,…), les constructeurs nous poussent a acheter toujours plus de 4×4 ou de « petit » SUV, même si aucun citadin n’a besoin de franchir une riviere à gué, on passer un zone marécageuse. Bref… Le poids de ces voitures et augmente sans-cesse, par exemple, le SUV de chez Jeep, la Renegade, malgré sa petite taille affiche en moyenne 1 500 kg sur la balance !

4x4 inutile en ville dan-carlson

Sauf que la réalité économique a vite rattrapé la logique environnementale. En effet, si un constructeur ne veut pas disparaître, il faut qu’il vende des voitures et surtout des services après-vente, qui rapporte plus que les voitures elles-mêmes.
Problème, les acheteurs de voitures neuves sont également clients des services après-vente, ce qui n’est pas le cas des acheteurs de voitures d’occasion, qui généralement font appel à d’autres réseaux pour la maintenance de leurs voitures. C’est donc logiquement que ces constructeurs vont tenter de lutter contre cette économie circulaire.

Non, un SUV ne pollue pas moins qu’une petite voiture même plus ancienne.

Du coup, pour vendre plus de services, il faut donc vendre plus de voitures, quitte à casser les prix. Et comme la production de voiture est supérieur à la demande, les constructeurs cassent encore plus les prix et consentent des baisses de plusieurs milliers d’euros sur leurs véhicules.
Évidemment, pour greenwasher le tout, ils mettent en avant le fait que les motorisations sont Euro 6, mais il n’empêche que même si un SUV a une note crit’air de 1 ou 2 il émettra beaucoup plus de dioxyde de carbone qu’une petite citadine avec exactement la même note. Mais ça nous en reparlerons très bientôt ici !

Pire, inciter fortement la population à se débarrasser de ses « anciens » véhicules pour les remplacer par des nouveaux, c’est oublier que nous vivons sur une planète aux ressources finies. Alors oui, sûrement qu’un véhicule récent consomme moins et pollue moins que le même type de véhicule produit dans les années 90. Mais est-on vraiment certain que la fabrication de ce nouveau véhicule n’a pas généré plus de pollution que cette différence ? Personnellement, je n’en suis pas convaincu.

Une idée, comme ça, serait peut-être de proposer un changement de motorisation sur ces « anciens » modèles plutôt que de consommer des ressources pour refaire la carrosserie, les vitres, la boite de vitesse,… Qui n’ont que très peu d’impact sur la pollution.

À découvrir aussi

2 commentaires pour “Les constructeurs automobiles ne veulent pas entendre parler d’économie circulaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.