Faut-il encore acheter une voiture thermique 

Alors que les véhicules diesels ont de moins en moins la côte, beaucoup se demandent si acheter une voiture diesel est une bonne idée… Surtout si l’objectif est de la revendre quelques années plus tard…

En effet dans 5 ans, un véhicule diesel de 2017 ne fera pas franchement fureur sur le marché de l’occasion. Entre les malus à la vignette, l’absence de bonus écologique, le prix du diesel qui monte, le prix de l’entretien, et son image toujours plus écornée,…il y fort à parier que l’acheteur ne s’y retrouve pas financièrement et revendra sa voiture à perte, s’il la revend !

Et la voiture essence alors ?

Pour l’essence, c’est un peu différent, en effet contrairement au diesel, certains véhicules essence s’en sortent un peu mieux niveau pollution, et peuvent généralement circuler normalement les jours de pic de pollution. Sauf que, dans 5 ou 10 ans, rien ne dit que ce sera toujours le cas ! En effet, si les voitures électriques continuent à évoluer au rythme actuel, il est fort probable que les véhicules essence seront boudés par les acheteurs de voitures neuves, et dans une moindre mesure sur le marché de l’occasion.

Si on suit ce raisonnement, acheter une voiture thermique neuve, dans le but de la revendre quelques années plus tard… Ce n’est pas franchement le bon plan.

Évidemment, ce constat purement économique ne tient pas compte du fait que remplacer sa voiture thermique par une électrique, c’est aussi et surtout un bon moyen de participer à la réduction de la pollution, et de se sentir zen au volant (on a testé pour vous). En un mot, c’est clairement l’avenir !
C’est pour cela que je ne comprends pas trop pourquoi il y a si peu de voitures électriques dans les nouveautés automobiles.

Laisser un commentaire

3 commentaires

  1. Sammy

    Bonjours,
    Vous parlez de réduction de la pollution avec une voiture électrique. Vous pensez que les centrales nucléaires et à charbon qui produisent votre électricité ne polluent pas ? Et les centaines de kg de batteries par véhicules qui sont composées de plomb, lithium ou cadmium?
    Autres inconvénient:
    – le prix! Prix à l’achat nettement supérieur à tout autre véhicule équivalent, prix du kw/h + prix de la location des batteries équivalent voir supérieur au prix d’un plein pour un véhicule thermique.
    – l’autonomie! 400 km sous condition que les batteurs soient neuves, qu’il ne fasse pas froid, qu’on ne se serve pas de l’autoradio ni des phares, qu’on ne dépasse pas le 90 km/h, ne pas faire de côtes etc.
    Les temps de chargement sont très long sauf avec les super chargeurs de Tesla qui demandent tout de même 75min pour un plein et qui abîme vos batteries car elles supportent mal les charges rapides…
    Il faut également trouver une borne de recharge libre et fonctionnelle…
    Pour finir, admettons que la voiture électrique se démocratise. Combien de centrales nucléaires et centrales à charbon va t-il falloir construire pour alimenter le parc automobile? Lors des pics de consommation électrique en hiver, pensez vous qu’on donnera la priorité à la recharge des véhicules électriques plutôt qu’au chauffage et lumières des habitations ?
    A l’heure actuelle, à par le silence de fonctionnement d’une voiture électrique, je ne vois pas trop ses avantages…

    • Florian

      Effectivement, les véhicules électriques sont en plein développement, mais le problème n’est pas tant, peut-on faire sans les véhicules thermiques, mais plutôt, est-ce que l’on a le droit de continuer de polluer nos villes et les zones de forage encore longtemps ?
      Pour ce qui est de la batterie, effectivement, c’est un problème, mais les nouveaux VE permettent largement de faire la plupart des trajets classiques, qui couvrent quand même plus de 95% de nos déplacements en voitures. Pour le reste, il y a le train ou l’avion, où plus simplement prendre quelques heures de pause tous les 300 km. C’est juste un changement d’habitude.

      Pour ce qui est de l’alimentation en énergie, c’est un faux problème. Des solutions existent, comme le smartgrid, les énergies renouvelables et surtout la sensibilisation de la population à l’économie d’énergie.

      • Sammy

        Je précise que je suis bien conscient que les véhicules thermiques sont très polluant.
        Ce qui m’a fait réagir dans votre article c’est que vous dites que la voiture électrique participe à la réduction de la pollution. C’est vrai mais sous certaines conditions. Il aurait fallu préciser « en ville » car dit tel quel je comprends : VE = pas de pollution. Or elle pollue lors de sa conception et par les structures qui génèrent sont énergie. La pollution générée ne se mesure pas uniquement en étant à côté du véhicule. 99% des personnes qui me parlent des véhicules électriques sont persuadés que ce sont des véhicules miracles qui vont sauver la planète car non générateur de pollution.
        Le véhicule électrique a un impact bien moindre sur l’environnement, à condition que l’électricité utilisée provienne d’énergies renouvelables.
        Les énergies renouvelables sont encore très minoritaires. Dans l’absolu tout le monde est pour les énergies renouvelables mais personne n’en veut à côté de chez lui…
        Je suis entièrement d’accord avec vous sur le fait que les gens doivent être sensibilisés à l’économie d’énergie. Malheureusement, je pense que c’est surtout l’augmentation régulière des tarif de l’électricité qui permet aux gens de se sensibiliser.