Les sauterelles cyborgs vont-elles nous aider à détecter les bombes ?

En attendant que les fous de dieu se calment niveau explosifs, des scientifiques du monde entier cherchent des solutions pour détecter ces explosifs avant qu’il ne soit trop tard.
Une équipe d’ingénieurs de l’université de Washington spécialisée dans les insectes cyborgs, comprenez des êtres vivants qui ont reçu un implant mécanique ou électronique, a eu l’idée d’utiliser des sauterelles pour flairer les explosifs.
Pour financer les recherches, la Marine américaine a déjà envoyé près de 700 000 €… De quoi faire rêver plus d’un labo français !

Des insectes bien meilleurs que des robots

D’après Baranidharan Raman, un professeur agrégé de génie biomédical, l’idée est d’utiliser le système olfactif très sensible des sauterelles comme base pour développer un nez bio-hybride. Ces insectes seraient en effet capables de détecter la présence d’une odeur en particulier même en présence de nombreuses autres odeurs. Il est possible de les entraîner à détecter certaines odeurs comme celles des explosifs. De fait, les antennes des sauterelles sont dotées de milliers de capteurs. D’après les chercheurs, ils sont donc bien plus efficaces et miniaturisés qu’un robot.

Pourquoi réinventer la roue ? Pourquoi ne pas profiter de cette solution biologique ? C’est un peu notre philosophie. Même miniaturisés les meilleurs dispositifs de détection chimique sont équipés que d’une poignée de capteurs. Si vous regardez l’antenne d’un insecte, où se trouvent leurs capteurs chimiques, il y en a plusieurs centaines de milliers et de types différents. 

Baranidharan Raman

sauterelles anti bombe

Pour transformer ces insectes en véritables détecteurs d’engin explosif, l’étape suivante est donc de surveiller l’activité neuronale du cerveau de la sauterelle pendant qu’elle se déplace pour décoder les odeurs présentes dans l’environnement qu’elle explore.

Contrôler et analyser son comportement à distance

Les chercheurs vont ensuite implanter un module miniature capable de transmettre les données issues des électrodes pour les analyser dans un calculateur distant. Si des traces d’explosifs sont détectées dans l’air, l’information est immédiatement transmise à l’opérateur qui pourra donc connaître le type d’explosif et sa localisation.

Pour parfaire leurs cyborgs, les ingénieurs veulent « tatouer » les ailes de l’insecte, l’idée est de convertir une source lumineuse en chaleur. Ensuite, un laser miniature sera installé sur le dos de la sauterelle pour échauffer l’une ou l’autre aile pour la contrôler à distance.

Premiers résultats attendus d’ici un à deux an(s).

source

Laisser un commentaire