Comment la technologie peut sauver la banquise de l’Arctique… et nos stations de ski ?

Les mois s’enchaînent et presque à chaque fois, ils battent des records de température. Il n’y a d’ailleurs pas besoin d’être à la NASA pour s’en rendre compte, ici, en France, malgré quelques jours bien froids, on constate de nouveau des températures largement au-dessus de normales de saisons. Au beau milieu de l’hiver, de nombreuses stations de ski n’ont pas assez de neige pour ouvrir et canon à neige ou « enneigeur » tournent à plein régime pour donner quelques centimètres de neige de culture. Mais ce n’est pas la solution, en effet ces canons à neige demandent une grande quantité d’eau et consomment énormément d’électivité. Le problème, c’est que sans ces appareils, rare sont les stations qui pourraient ouvrir normalement. Or sans ces stations de ski, c’est des milliers d’emplois en moins et un pan de notre culture qui disparaît.

Pourquoi sauver la banquise des pôles ?

Les pôles sont les régulateurs thermiques de la planète, or, dans l’Arctique, la superficie de la banquise n’a jamais été aussi réduite :

fonte des glaces de la banquise en Arctique

C’est très schématique, mais plus la banquise fond, plus la planète se réchauffe (et inversement). Du coup, même si l’idée est un peu surprenante, si on arrive à « recréer » de la glace dans les pôles, il se pourrait qu’on arrive a limiter cette fonte, et donc jouer sur le réchauffement climatique.
Cette idée, c’est celle de l’astrophysicien Steve Desch de l’université de l’Arizona. Pour cela, il voudrait installer quelque 10 millions d’éoliennes dans le pôle Nord. Ces éoliennes produiraient de l’énergie pour pomper l’eau dans l’océan Arctique, et, en utilisant le principe du canon à neige, recréer de la glace sur les ruines de la banquise.
Selon l’astrophysicien, à grande échelle, renforcer artificiellement l’épaisseur de la banquise pourrait permettre sa survie durant les périodes estivales et donc sa survie au long terme, ce qui, vous l’avez compris pourrait influer sur le réchauffement de la planète.

De l’aveu même de Steve Desch, l’idée est un peu folle, « mais ce qui est vraiment fou, c’est de laisser fondre la banquise de l’Arctique sans rien faire« .

Seul problème, et de taille, le prix d’un tel projet ! En effet, l’installation d’une éolienne sur bouée coûterait environ 50 000 $, or chaque éolienne pourrait pomper et projeter de la glace sur une surface de 100 m². Pour couvrir une surface suffisante, le chercheur table donc sur 10 millions de ces éoliennes… Soit 50 milliards de dollars par an, sur 10 ans ! Ce qui représente le budget de la Défense française, par an, pendant 10 ans. À l’échelle d’un pays c’est évidemment énorme, mais il s’agit de sauver la planète, notre planète, alors si par chance cette idée peut effectivement marcher, peut-être faudrait t’il y réfléchir sérieusement… Même si l’Arctique risque de ressembler à une forêt d’éolienne…

source

Laisser un commentaire