Après le « vivre ensemble », Disney veut s’engager dans la protection des océans, mais…

Quelques mois seulement après la sortie remarquée de l’excellent Zootopia, Disney et Pixar récidivent et sortent aujourd’hui le Monde de Dory. Et tout comme le film avec le lapinou policier, celui-ci s’attaque à un autre problème de notre planète, la surexploitation et la pollution de nos océans.

Pour cela il mise sur la sensibilisation du public et en particulier des plus jeunes pour la préservation des fonds marins. Mais il le fait à sa manière, tout en message subliminal, en double sens et surtout en faisant passer ces animaux pour des bestioles attachantes à qui, évidemment, personne ne veut faire de mal et surtout pas les enfants…
Ce qui est une bonne chose après tout, faire connaitre et faire aimer un écosystème c’est le premier pas pour la protection de ce dernier.

Sauf que voilà, à chaque sortie de film qui met en avant une espèce animale s’en suit un engouement pour l’espèce en question. Par exemple après la sortie de Nemo, les poissons clowns, pourtant vivant presque exclusivement en symbiose avec les anémones, se sont retrouvés en masse dans les aquariums chez les enfants du monde entier. Or, bon nombre de ces poissons n’étaient pas issus d’élevage mais de capture sauvage.
Idem avec la sortie des 101 dalmatiens, des milliers de chiots tous mignons ont été achetés… Pour finir, une fois grands, abandonnés dans les chenils jusqu’à ce que mort s’en suive…
Et des exemples comme ça, il y en a beaucoup !
Or avec Dory, le poisson chirurgien bleu, Paracanthurus hepatus pour les intimes, risque de connaître le même sort.

C’est donc pour cela qu’Ellen DeGeneres, la comédienne qui prête sa voix au personnage de Dory, a diffusé un petit message pour sensibiliser les Australiens pour continuer le combat de protection des océans, car malheureusement, la grande barrière de corail est en voie de disparition.

Laisser un commentaire