Plus de la moitié des animaux a disparu ! Comment être un super-héros ?

Le Fonds mondial pour la nature (WWF) vient de publier Planète Vivante 2016 un nouveau rapport qui fait le bilan de l’empreinte humaine sur les ressources naturelles de « notre » planète. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que ce n’est pas franchement réjouissant ! Plus de la moitié des vertébrés ont disparu en 40 ans… Une véritable extinction de masse, causée majoritairement par notre mode de vie.

Pour commencer, un petit extrait du film Matrix de 1999…

Oui, j’aurai pu le mettre en VF, mais la VO est nettement mieux ! Pour les anglophobes, voici la traduction :

Je souhaiterais vous faire part d’une révélation surprenante, j’ai longtemps observé les humains, et ce qui m’est apparu, quand j’ai tenté de qualifier votre espèce, c’est que vous n’étiez pas réellement des mammifères…

Tous les mammifères sur cette planète ont contribué au développement naturel d’un équilibre avec le reste de leur environnement, mais vous les humains, vous êtes différents.
Vous vous installez quelque part, et vous vous multipliez, vous vous multipliez, jusqu’à ce que toutes vos ressources naturelles soit épuisées, et votre seul espoir de réussir à survivre, c’est de vous déplacer jusqu’à un autre endroit…

Il y a d’autres organismes sur cette planète qui ont adopté cette méthode, vous savez lesquels ?… Les virus […]

Bon OK, on n’est peut-être pas des virus, mais question ressources, il faut bien avouer qu’on s’est approprié à peu près tout ce qui était disponible sur Terre. Sans forcément prendre en considération le fait que nos enfants, nos petits enfants et plus largement les autres habitants de la planète avaient probablement leurs mots à dire.

Alors maintenant on fait quoi ?

Deux solutions, soit on se dit que c’est foutu, que l’humanité en a trop fait et qu’on a qu’a continuer comme ça jusqu’à ce qu’Elon Musk nous emmène sur mars.
Soit, on se dit qu’il n’est pas trop tard et on change notre mode de vie. Sauf que voilà, si qu’une minorité de personnes s’y met, ça ne servira effectivement pas à grand chose.

La liste de toutes les actions éco-responsables étant bien trop longue, voici quelques pistes simples à mettre en place qui, si on s’y met tous, ont un réel effet sur le moyen et long terme.

Stop au tout jetable

Sur GeeketBio c’est un peu notre cheval de bataille, mais le fait est que sans obsolescence programmée, on ne changerait pas nos équipements si souvent, on consommerait donc moins de ressources, pollueraient moins. Lire la suite

Changer de mode de transport

Prendre la voiture pour aller au travail ou faire les courses, c’est parfois une nécessité. Cela dit,de très nombreux citadins continu d’utiliser leurs propres voitures (non-électrique) pour faire des déplacements seul. Or ce type de transport, rapporté à la population d’une ville, ça pollue ! Alors que prendre le vélo, la trottinette ou même la marche à pied, ça fait faire du sport, et ça ne pollue pas. Lire la suite

Manger varié !

Notre alimentation est basée sur un nombre extrêmement limité de culture : blé, riz, mais, soja, palme, pommes de terre et tomates. Côté viande, en plus d’en manger d’autres, c’est principalement bovins et volailles.

grand-champ-ble-moisson
Or, la diversification des cultures préserve l’environnement. En effet, c’est un moyen efficace pour réduire l’utilisation des pesticides et surtout cette diversité favorise l’épanouissement de l’écosystème local. Par exemple, les champs de blé sur des zones géantes obligent les abeilles à se déplacer pour survivre, et de fait, elles disparaissent de leur zone d’origine. Pour lutter contre ce phénomène, il faut donc essayer de manger un peu de tout, des légumes parfois oubliés, différents types de salades, de fruits, tester de nouvelles choses. Le tout en choisissant en priorité des produits locaux et de saison.

Être un super-héros

Bon, on s’est peut-être un peu trop ambiancé sur ce titre, mais un chose est certaine,  les petites idées que l’on propose via #JeSauveLeMonde, peuvent, si on s’y met tous, faire la différence entre une planète sans nature et une planète vivante. 

Laisser un commentaire